Croisées de chemins et compagnons de route

CheminsDes expériences d'ailleurs, des initiatives rapportées à un moment ou un autre qui ont pu inspirer les groupes

Le fil conducteur de « Capacitation Citoyenne » est que la mise en lien renforce et peut faire système. Elle montre que partout des gens agissent, elle dévoile des possibles. Elle agit comme un réservoir d'idées, propose des sources d'inspiration, ou, au contraire, éveille une vigilance sur les expériences à ne pas reproduire.

Quelques expériences « dans le passé »

Droits fondamentaux« Est-ce qu'on aurait le droit aujourd'hui de faire ce qu'on a fait hier ? En 1975, Joëlle assiste à l'expulsion d'une famille. Elle est allée avec la famille à la mairie et a occupé les locaux jusqu'à ce qu'un nouveau logement soit trouvé. Aujourd'hui, on serait directement embarqué par la police ? »

CalPact« En 1954, à l'initiative du patronat local, certains logements sont mis à disposition des ouvriers avec un confort minimal, mais somme toute décent pour l'époque. Dans le courant des années 60, sont inaugurés les « lieux de vie ». Dans ces endroits, les habitants ouvriers pour la plupart, ont l'occasion de discuter avec des professionnels de l'action publique. … à ce moment déjà, la dynamique qui s'enclenche part d'une prise de conscience, du côté des bailleurs, que les locataires ont un rôle réel à jouer dans l'administration de l'ensemble des logements. Ils peuvent et doivent être les acteurs de leur cadre de vie. »

Le logement - TournaiLes Cités Jardins de la région bruxelloise

"Les Castors" est un mouvement très répandu dans les années 50, qui visait à permettre à des personnes n'ayant que leur salaire pour capital de construire leur propre maison pendant les week-end.

Quelques expériences d'« ailleurs »

Les droits fondamentaux« En France, on n'a pas le droit d'expulser les gens en hiver. En Belgique, ce n'est pas une loi, c'est seulement une recommandation. »

Le logement - Tournai« Dans un quartier de Birmingham, la gestion de 700 logements sociaux est entièrement passée, en 1990, sous la responsabilité d'une association d'habitants. »

DAL« Pour ouvrir cette perspective, un des membres du D .A .L . s'était renseigné sur l'expérience du "bail glissant" mis en oeuvre à Liège »

Auto-construction« Le projet s'inspire des programmes de construction d'habitat, réalisés dans les quartiers populaires de Fortaleza et São Paulo au Brésil mais aussi d' expériences britanniques ou françaises qui permettent aux ménages désireux d'accéder à la propriété de se regrouper et de s' organiser collectivement pour construire leur maison. » …

« Le groupe est à la recherche du mot qui pourrait concrétiser l' ensemble du projet. Peut-être, il lui faudra créer un mot... comme au Brésil, où le " mutirao" évoque une activité complexe, en l' occurrence celle d'habitants sans toit, qui s'auto-organisent pour réaliser par eux-mêmes leur mini-quartier »

Le logement - TournaiComme expérience alternative, le projet d'autoconstruction de la friche du Manant Branlant en Auvergne a été une expérience forte pour les participants, des sans-abri de Charleroi. « On a vécu dans des tentes et on chauffait l'eau avec le soleil.»

A Grenoble, une association, Les Passeurs, essaye de négocier des "prêts à usage" avec les bailleurs sociaux, c'est-à-dire la mise à disposition de logements vides pendant la période où ils sont vacants.