CHARLIE et après. Feuilleton, article 2

l’émotion n’est pas antagoniste de la raison (ce n’est pas le contraire)

d’après une phrase de Philippe Corcuff, intellectuel engagé

Pourquoi suis-je venu/e ?  alors, dans le micro :

« Il faudrait qu’on fasse quelque chose, on se dit à plein de gens qu’il faudrait faire quelque chose, on se téléphone tous les jours pour se dire qu’il faudrait faire quelque chose, et puis là, ça ne suffisait plus, ou plutôt ça suffisait, on allait faire quelque chose… »

« j’ai fait une crise de dur sur « il est urgent d’attendre de faire quelque chose… »

« comment favoriser le vivre ensemble avec toutes les petites réunions d’échange qui s’organisent… »

« j’avais besoin de vider mon sac… »

« j’ai passé dix jours à chialer, à avoir le sentiment que tout ce que nous avons fait n’a servi à rien… »

« je viens apprendre, c’est dur de comprendre si on reste tout seul… »

« les gens ne souhaitent pas qu’il y ait de vide… »

« j’ai envie d’échanger et d‘apporter autour de ça… »

« il faut se lever en masse, il y a du pain sur la planche pour construire un monde solidaire… »

« je n’ai rien pu faire pendant une dizaine de jours, je suis content de pouvoir construire l’après-Charlie, rester optimiste voire utopiste… »

« après l’émotion, ça fait réfléchir et ça fait penser que les gens ne se connaissent pas assez… »

« après l’émotion, je suis perplexe sur la question de la récupération… »

« après la sidération, c’est tout de suite, c’est pas demain qu’il faut sortir d’un monde silencieux et retrouver un esprit commun… »

« mes ados grandissent ici, j’en entends des vertes et des pas mûres, comment les aider à se construire, eux et leurs potes… »

« j’ai été beaucoup plus touché que je ne l’aurais pensé, et le dimanche j’ai eu un peu de mal avec la Marseillaise et la messe, c’est dur d’être aimé par des cons… »

«  c’est complexe, et répondre à un problème complexe par une chose simple c’est augmenter le problème… »

« les jeunes sont considérés comme des problèmes ici, pas comme des richesses… »

« en France quand on milite on a des habitudes à se freiner par des méfiances, j’ai peur que ces réactions aillent dans le mauvais sens… »

« sur le moment “ j’étais Charlie ” mais après le nouveau numéro je me suis sentie visée par une provocation, je ne le suis plus… »

« il faut trouver des espaces où on puisse exprimer différentes façons de ne pas être d’accord avec les attentats… »

« je ne suis pas Charlie… »

et sur un post-it : « pourquoi s’est mal la religion musulman ? »

suite au prochain numéro

 

Voir la vidéo sur Télé Quartiers

2 réponses à “CHARLIE et après. Feuilleton, article 2”

  1. anne dit :

    Le temps de Pauchon, sur France Inter, où il fait toujours beau sur l’humanité, c’est tous les jours cette semaine à 16h50 (et rediff à 4h50 pour les lève-tôt) sur: http://www.franceinter.fr/emission-un-temps-de-pauchon

  2. Yann dit :

    Patrick Viveret en a parlé, la voici:
    La Marseillaise De Graeme Allwright et Sylvie Dien

    Pour tous les enfants de la terre
    Chantons amour et liberté.
    Contre toutes les haines et les guerres
    L’étendard d’espoir est levé
    L’étendard de justice et de paix
    Rassemblons nos forces, notre courage

    Pour vaincre la misère et la peur
    Que règnent au fond de nos cœurs
    L’amitié la joie et le partage

    {Refrain:}
    La flamme qui nous éclaire
    Traverse les frontières
    Partons, partons, amis, solidaires
    Marchons vers la lumière

Laisser un commentaire