La Karavane fait son cinéma à la Bifurk de Grenoble

Silence ! ON PARLE

Vendredi 20 novembre 2009, plus de 400 personnes sont venues de Belgique ou de France et de l’agglomération grenobloise pour assister et réagir à ce premier tournage de diagnostics populaires. Une réussite et un magnifique moyen de créer du débat, même avec les plus éloignés, ceux qui n’ont pas souvent droit au chapitre. En avant-première du film « Silence ! On parle », voici quelques extraits de l’installation de la journée et quelques réactions, montées par Michel Garcin.


Et les films des séquences tournées…

« Un p’tit coin d’paradis »

Loin des pressions, des demandes de résultats, des personnes se retrouvent pour discuter, jardiner, échanger.


Les jardins du Béton Saint-Blaise : Créé par l’association Lafayette Accueil, le collectif des Jardins du Béton Saint-Blaise s’est monté autour du jardin comme lieu de rencontre et comme outil pour trouver et retrouver le contact avec la nature et avec les autres. Le jardin est installé à Montreuil-sous-bois et à Paris.

« Les soldes aux subventions »

Agora Peuple et Culture s’est interrogé sur le statut des associations : prestataires de services ou forces de transformation sociale?


Agora Peuple et Culture est une association d‘éducation populaire qui travaille à l‘émancipation des individus et des collectifs par la construction d’un regard critique sur notre société : accueil d’écrivains, lectures à voix haute et ateliers d’écriture, diffusion de cinéma documentaire et animation de réflexions collectives sur des problématiques d’acteurs et de territoires.

« Les SDF sont des habitants de la ville »

Les SDF prennent la parole pour interpeler les élus sur le fait qu’ils sont eux aussi des habitants de la ville, qu’ils animent l’espace public, qu’ils ne sont pas les seuls responsables des dégradations de lieux.


L’association Point d’Eau est une Boutique-Solidarité de la Fondation Abbé Pierre qui accueille les personnes sans revenus et sans domiciles. On peut y prendre une douche et faire une lessive gratuitement mais, avant tout, c’est un lieu où se poser, sans autre forme de procès. Point d’Eau assure une ouverture tous les matins et propose de petites aides ponctuelles, bien utiles quand on est à la rue, telles qu’une domiciliation postale, une bagagerie, la possibilité de téléphoner, une infirme-rie et la présence intégrée de personnes ressources.

« Parlons-en ou cause toujours ? »

Solidarités Nouvelles et le DAL présentent les espaces de parole et la nécessité d’avoir un soutien politique pour développer ce type de dispositif.


Solidarités Nouvelles est une association belge née dans le courant des années 80 avec pour mission de soutenir les solidarités entre les personnes touchées par des difficultés de logement. Cette structure cherche notamment à permettre aux « habitants de la rue » de reprendre une place dans le débat public, par la mobilisation des plus précaires, en les aidant à construire des actions collectives et à interpeler les autres acteurs, jus-qu’aux pouvoirs publics.
Le DAL de Liège travaille sur la question du Droit Au Logement (DAL).

« un resto pas comme les autres »

L’association a travaillé sur le thème des lieux de convivialité contre la solitude, en préparant une chanson sur leur activité, sur l’air de la chanson d’Antoine.


« Autour d’une table… » est une association de Fontaine qui travaille autour du repas comme lieu de partage et de convivialité. Elle vise à créer des ponts entre les différentes générations ou les différentes communautés pour faire tomber les frontiè-res et les barrières. « On est tous égaux autour de la table. » La rencontre entre les gens se concrétise autour du partage de la nourriture et des idées.

« Ouverture du bureau d’orientation des subventions »

La Bifurk présente un travail sur la difficulté que les associations rencontrent pour s’y retrouver dans le système des subventions.


La Bifurk est un lieu de développement pour les structures associatives ou coopératives et porteurs de projet peu reconnus. Les secteurs d’intervention sont citoyens, culturels, sportifs, et économiques.

« Il est beau le pognon de l’eau »

Les trois collectifs dunkerquois, Regards d’habitants, la CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie) et l’AGUR (AGence d’URbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque), présentent une séquence sur le thème du coût de l’eau, en s’appuyant sur le travail réalisé lors de l’étape de la Karavane à Dunkerque en septembre 2009.


L’association Regards d’Habitants a été créée pour impliquer les habitants dans les projets d’aménagement de leur ville par des procédures de concertation entre élus, techniciens et habitants.
La CLCV est une association nationale qui a mission de défense des consommateurs, de protection de l’environnement, de représentation des usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, d’éducation populaire et/ou en complément de l’enseignement public. Elle est reconnue comme une association nationale représentative des locataires et des copropriétaires

« Pourquoi tu râles? Toujours les mêmes »

Les petites associations de quartier ne sont pas écoutées alors qu’elles sont indispensables dans la vie des gens au quotidien. Y en a marre de cette situation !


Ensemble, notre quartier est une association de Montreuil-sous-Bois qui développe le vivre ensemble sur son territoire en organisant notamment une fête de quartier, des conférences rencontres avec des universitaires ou scientifiques sur des sujets qui lui tiennent à cœur, une brocante, du soutien scolaire…

« L’engagement citoyen à Eybens »

La ville d’Eybens a travaillé sur le thème de la participation à la vie locale comme engagement citoyen.

« Appuyez sur la touche étoile * »

C’est l’histoire d’une salariée qui se retrouve en mi-temps théra-peutique après un accident du travail. Elle essaye d’obtenir ses droits auprès de la caisse d’assurance maladie. Pour cela, elle compose le 39 49.

« Chœur de Cité »

Sur le thème de la lutte contre le racisme et pour l’égalité, Cité Plurielle présente trois extraits d’une pièce qu’elle a monté pour l’édition 2oo9 sur les sans-papiers.


Cité Plurielle : c’est désormais chaque mois de mars toute une semaine de rencontres, de specta-cles, d’expositions, de débats, de projections de films, de repas et d’échanges dans toute la ville autour de la lutte contre les discriminations et pour l’égalité. Cité Plurielle s’appuie sur la participation des habitants, des associations, des professionnels et de tous les pôles de compétences des différents quartiers et services de la ville pour l’élaboration de cette manifestation festive et sociale.

« Mandats multiples, casquettes variées »

LAHGGLO présente une séquence sur le cumul des mandats associatifs.


LAHGGLO (Les Associations des Habitants du Grand Grenoble : Lien et Ouverture) regroupe des associations d’habitants qui ont un engagement citoyen local (animation, qualité de vie, scolarité, etc.) à l’échelle de l’agglomération. LAHGGLO se prononce aussi sur une grande diversité de questions, notamment autour des thèmes du développement économique et social, de l’aménagement, de l’environnement, de la concertation et de la vie associative.

Une réponse à “La Karavane fait son cinéma à la Bifurk de Grenoble”

  1. Bruno dit :

    Dommage que nous n’y étions pas. Ca fout les boules de voir qu’on a loupé un tel événement, ayant du rester unis à Roubaix contre l’intolérance.

    Ce vendredi, nous nous sommes en plus faits lunchés en pleinière de conseils de quartier Nord, cette fameuse nouvelle composition avec des habitants tirés au sort dont les récents faits médiatiques sont d’agir contre la venue de bungalows pour Roms, la population la plus fragile de Roubaix, et contre l’oeuvre d’art commandée par des habitants de l’Hommelet (ou comment faire de la capacipation en implantant la premiere oeuvre d’art publique à Roubaix, ce qu’on avait vu à d’autres moments des Délaissés Urbains.

    Pire, ils ont même voté avec l’aval de la mairie, le financement pour une étude de contre-projet, complètement aberrant politiquement, mais qui aura l’avantage de conforter les fachos naissants sur leur position d’ « anti ».

    Roubaix ou comment détruire 30 ans de construction collective en une seule délibération.
    http://wp.me/p1JJU-RN

Laisser un commentaire