Compte rendu du 4 juin 2oo9

Posté le 17 juin 2009

Des collectifs se sont réunis le 4 juin à Dunkerque, en présence d’élus et de professionnels, pour préparer l’étape dunkerquoise de la “Karavane de Capacitation Citoyenne”, qui se déroulera autour des enjeux liés à l’eau les 19 et 20 septembre 2009



La Karavane en Région Liégeoise

Posté le 25 mai 2009

Des richesses à offrir, à défendre, à produire…

Banque Populaire de BelgiqueLa Karavane de Liège naît de différents groupes citoyens qui s’interrogent sur la notion de richesse. Que l’argent manque, qu’il soit mal distribué, qu’il devienne la seule richesse pour évaluer la valeur, il faut que l’on se saisisse de cette question. La crise financière de l’automne 2008 a mis en lumière le fossé qui sépare ceux qui ont craint de perdre leurs avoirs financiers et ceux qui n’ont pas eu à s’en soucier, du si peu qu’ils possédaient.

Le « battage » médiatique sur l’argent a exclu de la scène toutes autres formes de richesses. La Karavane entend mettre en lumière les richesses produites par les citoyens et la société civile pour qu’elles existent dans le débat public, qu’on les valorise et qu’on les soutienne. Le collectif de la Karavane liégeoise s’empare en septembre des structures de la finance pour mettre sur pied la première banque populaire de Belgique et constituer son capital social.

Retrouvez les comptes-rendus des réunions de préparation


Plaquette de présentation de la Karavane

Posté le 3 mars 2009

La Karavane de Capacitation Citoyenne

Des collectifs et des associations de Belgique et de France vont créer des évènements successifs et articulés sur huit territoires pour montrer qu’ensemble, ils sont capables de beaucoup et qu’il est indispensable de les écouter !
KaravaneCliquer sur l’image pour télécharger la plaquette de présentation (pdf 450ko)

Qui sont-ils ?

Partout, des collectifs et des associations d’habitants, de femmes, de jeunes, de retraités, de chômeurs, de sans abri… portent et créent des changements face aux inégalités sociales et économiques qu’ils subissent dans leur cadre de vie et leur environnement.

Depuis dix ans, des acteurs de ces gestes qui changent la vie des gens au quotidien dans les quartiers se rencontrent, se racontent, s’affrontent et se renforcent. Patiemment, ils construisent, dans un long débat fait de leurs différences, de leurs nuances, de leurs ressemblances, une intelligence collective. C’est Capacitation Citoyenne.
Mais qui le sait ?
On ne les entend pas
Alors ils ont décidé de se lever, de marcher d’une ville à l’autre, de parler plus haut sur les places publiques, de dire et de montrer qu’ils sont capables de beaucoup, surtout si d’autres les rejoignent, s’en inspirent, chacun à sa façon. Lire la suite »


La KARAVANE Capacitation Citoyenne passera par Montreuil-sous-bois !

Posté le 15 février 2009

Rio de Janeiro - Fête du travail 1er mai 2oo7

Les groupes Capacitation Citoyenne ont décidé d’accueillir cet événement sur leur territoire. Il s’agira de trouver un endroit accessible et assez grand pour recevoir l’ensemble des acteurs du réseau, du quartier, de la ville, de l’Ile-de-France… L’idée est de faire en sorte que les porteurs de projets se mélangent, se connaissent ; de montrer que des choses existent ; de rendre visibles ce dont on est capables partout pour qu’on puisse être pris en compte. Ainsi, le thème fédérateur pourrait être la question du vivre ensemble, vivre dans l’interculturel.
Et si on partait à pied du quartier pour traverser toute la ville et organiser un campement événement devant le siège de la CGT, en coopération avec eux, rencontre du monde des syndicats avec la KARAVANE au cœur de la ville ?

Voici le compte-rendu des réunions de préparation


La KARAVANE passera par l’agglomération grenobloise

Posté le 5 février 2009

La KARAVANE, c’est un petit cirque
qui va chercher son public !

Tournage

Dans l’agglomération grenobloise, l’idée dégagée de nos discussions est de profiter du temps de préparation de la Karavane pour construire des diagnostics populaires sur des thématiques telles que l’emploi des jeunes, les précaires, les espaces de convivialité et les espaces publics de débats. Lors du passage de la Karavane dans l’agglomération grenobloise, nous proposons de les rendre visibles pour qu’ils soient pris en compte par d’autres, par les médias, par les élus. Pour cela, nous proposons de créer l’évènement en invitant les gens à assister au tournage d’un film où chaque diagnostic est mis en scène. Après le tournage de chaque séquence, le débat s’engage entre le public et les porteurs du diagnostic.

Voir le compte-rendu du 28 avril 2oo8

Voici le compte-rendu du 26 août 2oo8

Voir le compte-rendu du 20 mars 2009

Voir le compte-rendu du 28 mai 2009


Les habitants organisés en association,

Posté le 17 décembre 2008

Les habitants rassemblés dans la Karavane affirment leur rôle et leur compétence :
-    dans le débat démocratique
-    dans la gestion de la ville

Ils demandent une reconnaissance réelle. Ils sont souvent des partenaires oubliés :
1.    Il faut établir la confiance, mettre fin au climat de suspicion réciproque. Ceci est une nécessité absolue, une priorité
2.    Reconnaître et accepter les différences de rôle, de culture, d’âge est une nécessité absolue indispensable pour que chacun « prenne place » dans la ville
3.    Les habitants restent persuadés de devoir s’organiser, d’afficher des identités collectives indépendantes des partenaires politiques et techniques.
4.    Sans minimiser les demandes faites par la puissance publique, les habitants exigent que leurs propres initiatives rentrent en débat et reçoivent l’accueil et l’appui des autres partenaires
5.    Ils revendiquent notamment l’appui direct des compétences des techniciens : information et assistance technique
6.    Leur droit à l’initiative ne peut pas cependant que servir à pallier la puissance publique. Trop souvent nous aidons la puissance publique à finir la ville, le département, le pays, à faire à la place ce que la puissance publique n’a pas fait, n’a pas su faire ou n’a pas voulu faire.
Il est URGENT que ce processus s’engage sans tarder si on ne veut pas s’exposer à des démissions ou révoltes incontrôlées pouvant nous conduire à toute sorte d’aventure.
L’expérience que des habitants organisés en association font, c’est la découverte que son problème individuel est vécu par d’autre. Ils découvrent qu’ils font peuple.
Capacitation Citoyenne contribue à la même chose en élargissant le regard au delà du quartier, de la ville ou du pays.

Giorgio Molossi


Pourquoi tu râles ?

Posté le 17 décembre 2008

Je n’ai jamais été écouté
Je n’ai pas été entendu
Je n’ai pas été soutenu
Je n’ai jamais été riche
Je n’ai pas de travail
Je n’ai pas de logement
Je n’ai pas de diplôme
Je n’ai jamais été valorisé
Je n’ai pas de pouvoir
Je n’ai ni le pouvoir, ni l’avoir, ni le savoir, mais je suis un homme. J’ai un cœur, une intelligence, une dignité. Je suis capable d’amitié, de solidarité, de réflexion.
J’ai soif de justice, je n’ai pas forcément envie de réussir dans la vie, mais j’aimerais tant pour moi et mes proches que nous réussissons nos vies. J’ai l’impression que les puissants ont besoin que je vive tout ces « pas » pour qu’eux gardent et accroissent leur puissance.
Capacitation, un lieu de partage à l’échelle de l’Europe. Ensemble, on élargit son regard. On se partage nos souffrances, nos espoirs ; un lieu de cohésion sociale, lieu d’espérance qu’un jour nos doléances seront entendues. Nous faisons l’expérience qu’ensemble on est plus fort et que nous sommes capables de grandes choses.

Giorgio Molossi


La scénographie de l’eau dans tous ses états

Posté le 5 novembre 2008

Imaginons : Tu entres dans un espace, tout est noir ou très doucement éclairé avec quelques fauteuils, tu es bien… c’est silen-cieux, sauf que de temps en temps tu en-tends le bruit d’une goutte d’eau, comme un robinet qui goutte: L’EAU. C’est l’ouverture du parcours.
Puis tu découvres un autre espace, là, à mon avis il faut trouver quelque chose de hard, montrant que l’eau c’est rare, que cela se mérite, que pour certains il faut aller la cher-cher, la trouver. Alors pourquoi pas un es-pace tout blanc, éblouissant, brûlant même et le bruit d’une poulie qui tourne, le braiement d’un âne qui tire et des femmes qui attendent avec des bidons et l’outre qui remonte et l’eau qui coule dans les bidons et des rires et les femmes qui repartent vers là où elles sur-vivent grâce à l’eau à boire.

Et puis tu passes dans un autre espace, gris par exemple, et tu entends le tonnerre, la pluie qui tombe, qui ruisselle, qui envahit, qui inonde, qui vit, qui fait vivre : l’eau à pleuvoir.
Un autre espace : le bruit de rameurs, le floc floc des spatules qui accrochent la surface lisse d’un canal ou d’un lac et le souffle des rameurs, le moteur d’une péniche, celui d’une écluse : l’eau pour se mouvoir.
Et la promenade continue, une autre pièce : on pleure, un homme, une femme ou un enfant mais pas un nouveau-né, ce ne sont pas des pleurs hystériques, non, la personne offre son eau à un autre, comme Muhab Dib dans DUNE : l’eau à émouvoir. Le but, c’est de faire ressentir des larmes de joie, de bon-heur.
Et la promenade se poursuit vers l’eau à voir, ce serait bien que cela continue uniquement par l’ouie, par exemple le bruit grandiose d’une chute d’eau, mais ça peut devenir vi-suel, voire spectaculaire, qu’on se retrouve au cœur des chutes du Niagara ou du Zambèze.
Chaque espace est d’une couleur différente et on ne sait jamais ce qu’on va découvrir au fur et à mesure qu’on avance. Tout cela peut être situé sur la place du Palais de Justice ou le long d’un parcours, par exemple le long des canaux.
Je sais c’est furieusement premier degré, mais peut-être que pas trop sophistiqué, c’est plus facile à faire passer.
Et on doit pouvoir trouver des images et des sons !!!

Jean Ysebaert

Le texte en format pdf


La Karavane passera par le lillois et les alentours

Posté le 13 octobre 2008

Lille et Roubaix,
capitales des initiatives populaires

Le projet porterait sur la valorisation des actions menées dans les quartiers qui nous tiennent à cœur et dont on est fiers. Elles sont diverses, réalisées ou à l’état d’idée. Elles ont changé notre quotidien, transformé le quartier et ce qui est autour de nous. Ce sont des choses simples, spontanées (et pas techniques), à échelle humaine, portées par des collectifs ou individus.
L’organisation des deux jours
Pour commencer, on pourrait installer notre camp de base le samedi 27 juin 2oo9 sur la place de la Liberté à Roubaix. C’est une place centrale de Roubaix qui dessert toutes les rues commerçantes. Chaque groupe pourrait poser des stands pour présenter leurs différentes activités.
On pourrait organiser des balades urbaines pour aller à la rencontre des gens, à pied, en vélo, en bus…
En fin de journée, on pourrait organiser un débat puis finir par un repas de quartier à l’Hommelet.

La suite des réflexions dans compte rendu Lillois 24 sept 2oo8


La KARAVANE passera dans le dunkerquois

Posté le 29 août 2008

Le mois de juin est un moment opportun pour mobiliser un large public. Ainsi, la Karavane pourrait venir s’installer dans le dunkerquois, avec une base à Soubise, Place du Palais de Justice. L’eau sera le thème central de ces manifestations, l’eau dans tous ses états, « à boire, à voir, à pleuvoir, à se mouvoir, et à s’émouvoir ». Il s’agirait de montrer les initiatives peu visibles en proposant un bar à eaux, des contes, des expositions, un débat sur les risques d’inondation… Aux quatre écluses, on pourra organiser un repas d’agglomération à l’arrivée de la péniche de la Karavane.

Rendez-vous le mercredi 10 décembre à 15h à la Maison de la vie associative dunkerquoise.

Voici les comptes-rendus de la rencontre du 5 mai 2oo8, de la rencontre du 3 septembre 2oo8, de la rencontre du 18 septembre 2oo8, du 22 octobre 2oo8

Voici le tableau des différentes actions proposées mis à jour le 22 octobre 2oo8: tableau Karavane Dunkerquois